Les Amis du Prieuré de Manthes

Dernière exposition : "Esprit Minéral"

 

Visites du Prieuré sur rendez-vous toute l'année.

Pour toute question ou demande d'information, contactez-nous.

en-USfr-FR

Mémoire de la longue vie d’un prieuré

Nous savons que le Prieuré de Mantol dépend de Cluny au XIe et qu’il abrite 3 à 6 moines. Ceux-ci contribuent au défrichement et à l’assainissement des environs alors marécageux et entreprennent plus tard la culture du ver à soie. L’ ouvrage de Dom Charvin qui contient les témoignages  des inspecteurs mandatés  par l’Abbé de Cluny, nous a permis de mieux comprendre la vie monacale de ce prieuré,  cela de 1259 à 1768  (date de son abandon).  Il permet de décrire une séquence de quatre phases :

-               Une  phase  moyenâgeuse où le prieuré  bénéficie  d’une heureuse autonomie, surtout sur le plan économique ;

-               Celle  également moyenâgeuse  mais très perturbée, pendant la Guerre de Cent ans,  par la  curieuse  intrusion de la tutelle  d’un cardinal anglo-normand domicilié à l’abbaye de Saint-Alban (près de Londres) ;

-               Celle d’après l’introduction de la commende où le prieur claustral  est  déchargé  de la gestion du  temporel  de son prieuré au profit du prieur commendataire, mesure  généralisée qui a engendré dans l’Ordre une grande déconvenue et une réelle entrave touchant souvent le spirituel. Une réussite néanmoins de ce dispositif : la belle restauration du site clunisien mis à mal pendant les guerres de religions ;              

-Enfin,  au XVIIIe s., une  phase  d’accompagnement  de l‘Ordre dans son déclin .En 1728, le prieuré de Manthes est en effet désigné par l’Abbaye  pour prendre en charge une  conventualité , donc  accueillir  dix moines  issus  de  six  prieurés relativement proches. Puis cette conventualité rejoint celle  du prieuré de Tain -l’Hermitage.  L’église  sera désormais  entièrement  paroissiale.  Le reste du  site  devient  propriété  du Marquis Murat de Lestang et,  à la Révolution,  sera vendu comme biens nationaux. On notera plusieurs acquéreurs successifs plus attirés par la valeur agricole des terres et des bâtiments environnants. 

La dernière famille propriétaire le léguera à l’évêché en 1967.

Aujourd’hui, l’association des Amis du Prieuré — créée en 1983 s'occupe de sa sauvegarde et de son animation culturelle. 

Adresse : Association des Amis du Prieuré de Manthes

La Bretonnière 26240 Mureils – Tel : + 33 (0)4 75 68 74 51

Courriel : contact@prieure-manthes.fr

Site web: www.prieure-manthes.fr  

Mairie de Manthes — Le VillageF-26210 Manthes

Tel : +33 (0) 4 75 31 92 40

Un bel ensemble prieural amputé de son cloître

Le cloître complètement disparu a probablement connu le sort de l’abbatiale-III de Cluny. Hormis l’église (XIe-XIIe), ce qui demeure du site clunisien correspond probablement d’avantage à la maison forte du prieur commendataire érigée (fin XVe-début XVIe) de façon fonctionnelle et confortable. L’édifice est flanqué au nord et au sud de deux tours. De <st1:personname w:st="on" productid="la Renaissance">la Renaissance restent les fenêtres à meneaux taillées dans la molasse et la porte surmontée d’un arc en accolade. Les cicatrices de la façade Est  témoignent des nombreux remaniements. A l’intérieur, un magnifique escalier à vis mène à l’étage et à la chambre du prieur. Dans cette pièce, les traces de peinture sur les poutres de l’ancien plafond à caisson ainsi qu’en haut des murs sont les témoins d'un riche décor aujourd'hui disparu. Dans les autres salles, on peut encore admirer des plafonds à <st1:personname w:st="on" productid="la Fran￧aise">la Française, peints de grotesques, de fleurs de lys ou de médaillons sans compter les décors muraux en trompe l’œil du XVIIe s.

Quant à l’église, son chevet et son clocher de style roman sont classés monuments historiques ; le seul remaniement important qu’ils ont connu concerne le vitrail gothique représentant Saint-Pierre et Saint-Paul greffé dans l’abside au XVIe s. À la croisée du transept, le clocher roman, sur un plan carré, est percé de fenêtres géminées et décoré de bandes lombardes. Une frise de modillons cerne le toit du chevet qui mérite un petit détour par le cimetière. Enfin, encastrées en réemploi sur la façade et, de part et d’autre du portail, trois têtes sculptées en pierre sont probablement d’origine celto-ligure. 

 L’église est ouverte au public toute l’année de 8h à 19h (Paroisse). Pour la visite du prieuré prendre contact avec l’association des Amis du Prieuré.