Prochaine exposition  du 7 au 29 septembre 2019

JE DONNE POUR LA RESTAURATION DU PRIEURÉ DE MANTHES


Visites du Prieuré sur rendez-vous toute l'année.

Pour toute question ou demande d'information, contactez-nous.

en-USfr-FR
Artists » U-Z » Claude Viallat

Les Artistes

CLAUDE VIALLAT

Claude VIALLAT a étudié à l’École des Beaux-Arts de Montpellier de 1955 à 1959, puis à l’École des Beaux-Arts de Paris en 1962-63, dans l’atelier de Raymond LEGUEULT. En 1966, il adopte un procédé à base d’empreintes, qui l’inscrit dans une critique radicale de l’abstraction lyrique et géométrique (dans la technique dite All-over). Une forme neutre, ni naturelle ni géométrique, est répétée sur une toile libre, sans châssis, déterminant la composition de l’œuvre. En 1969, il est membre fondateur du groupe SUPPORTS/SURFACES.

Outre le succès grandissant de ses expositions tant en France (au Centre Pom-pidou en 1982) qu’à l’étranger (Biennale de Venise en 1988), il se consacre à son travail d’enseignant dans les écoles d’art suivantes: Nice, Limoges, Marseille, Nîmes (où il a été directeur de longues années), enfin Paris à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Désormais à la retraite il continue ses recherches exploratoires.
Des références multiples se trouvent revendiquées par l’artiste: MATISSE et PICASSO, mais aussi Simon HANTAÏ et les Américains Jackson POLLOCK, Sam FRANCIS, Jules OLITSKI, Morris LOUIS et Kenneth NOLAND... ; elles servent à construire une œuvre polymorphe qui intègre également la pratique du dessin tauromachique.

L’œuvre du peintre Claude VIALLAT appartient à une esthétique née au milieu des années 1960, pour laquelle la question du re-nouvellement total des formes n’est pas pertinente. Partir d’une forme première, la développer et la différencier, la faire évoluer dans le temps et l’espace sans abandonner la configuration d’origine, telle fut dès 1966, la problématique de VIALLAT. Dans un ouvrage publié en 1976, Fragments, l’artiste écrit à ce propos : “La notion de redites, de séries ou de répétitions, devient une nécessité de fait. [...] Une toile - pièce - seule n’est rien, c’est le processus - système - qui est important.” Le travail de VIALLAT est donc à comprendre comme un principe unique aux ramifications multiples et aux métamorphoses internes posées comme nécessaires.

des oeuvres

Search Tags